Rennes est la plus grande ville de la Bretagne, est également la préfecture du département de l’Ile-et-Vilaine. D’une superficie de 50km2, elle compte environ 215.000 habitants. De nombreux investissements dans le numérique et les nouvelles technologies ont fait de Rennes un pôle attractif du secteur tertiaire. De ce fait, la métropole rennaise fait face à des enjeux de mobilité importants.

La principale source d’émissions d’oxydes d’azote et de particules fines

En raison de ces enjeux de mobilité importants, le trafic routier représente la principale source d’émissions d’azote et de particules fines. La première mesure prise par la métropole rennaise est la mise en place d’une zone de protection de l’air (ZPA). Cette zone sera activée en cas de pic de pollution. La zone s’étend sur une grande partie de la ville et est délimitée par la rocade. La rocade reste donc accessible à tous les véhicules même en cas d’épisode de pollution soudain. Si le pic de pollution persiste, la vignette Crit’Air est obligatoire pour tous les véhicules motorisés.

Rennes et la mise à disposition de la vignette Crit’Air

A partir du 1er octobre 2018, la circulation différenciée va remplacer la circulation alternée selon les plaques d’immatriculation paires ou impaires en cas de pic de pollution aux particules fines. Il sera obligatoire d’apposer la vignette Crit’Air sur la partie inférieure droite du véhicule. A noter que les véhicules immatriculés avant le 1er janvier 1997 ne pourront pas obtenir de vignette et seront totalement interdits de circuler en cas de pic de pollution. La circulation sera interdite pour les voitures particulières et les deux-roues sans vignette à partir du 4è jour de pollution et à partir du 6è jour pour les véhicules les plus polluants, en catégories 4 et 5, même avec une vignette.